11 9 1950 citoyen jmg

31/01/2013

Pompidou : l’homme et le talent

L’hommage est signé Claude Krief, rédacteur en chef du Nouvel Observateur, dans une lettre qu’il adresse le 16 juillet 1968 à Georges Pompidou, premier ministre remercié et « mis en réserve de la République » par le général de Gaulle, quelques semaines après la tourmente de Mai 68. Il mérite d’être cité.

 

« Cette lettre vous étonnera sans doute. Ni le journal auquel je collabore, ni moi-même ne vous avons ménagé ces derniers mois, ces dernières années, bien que j’aie toujours tenté, pour ma part, d’être le plus fidèle possible à ce que je pensais être la vérité. Je n’en suis que d’autant plus libre aujourd’hui pour vous dire dans quelle profonde estime j’ai tenu à la fois l’homme Georges Pompidou et son talent, au fil des semaines où j’ai eu à l’observer, même si je n’ai pas partagé ses options politiques. M’en ouvrir avant eût pu paraître hypocrisie ridicule, ou pure flagornerie. Et vous étiez entouré à Matignon de trop de journalistes cireurs de bottes pour que l’idée puisse m’en venir. (…) peut-être qu’au moment où mes confrères, versatiles, ou plutôt attirés fatalement par le pouvoir, risquent, eux aussi, de prendre du champ, cela ne vous laissera pas totalement indifférent. »

Le propos, ici, n’est pas d’apprécier le travail et les méthodes de la presse d’une autre époque, mais de relever l’élégance de Claude Krief. Si la presse n’a pas ménagé le pouvoir gaulliste, Krief s’est honoré en cherchant la voie de l’objectivité et de l’honnêteté intellectuelle. J’apprécie ses mots : « l’homme Georges Pompidou et son talent ». Le politique se révèle à l’épreuve des circonstances et du temps, et le temps est nécessaire pour que les talents se manifestent. Pompidou était homme de la terre de France, calme et solide à la barre. Il puisait son talent dans les humanités grecques et latines, et la poésie était pour lui source d’inspiration. Il a gouverné avec sagesse, équilibre et tolérance.

La lettre de Claude Krief est l’un des documents inédits de Georges Pompidou. Lettres, notes et portraits/1928-1974, publié chez Robert Laffont sous la direction d’Eric Roussel, spécialiste de l’histoire politique contemporaine. Tout lecteur passionné par l’histoire de France (et les hommes de cette histoire !) dévorera une à une et avec le plus grand intérêt les 540 pages de cet ouvrage !