11 9 1950 citoyen jmg

03/02/2016

Parlement européen : résolution en faveur des chrétiens orientaux

Le Parlement européen votera, ce jeudi 4 février 2016 à Strasbourg, une résolution déposée par 17 députés de l’Alliance libérale et démocrate pour l’Europe « sur le massacre systématique des minorités religieuses par le groupe Etat islamique ». Ce n’est pas la première fois que l’hémicycle européen aborde la question douloureuse des libertés. Il a déjà voté des résolutions sur l’Iraq, la Syrie, la Libye, l’Egypte, notamment à la suite de violences, de persécutions et d’enlèvements dont ont été victimes les chrétiens. La crise humanitaire en Irak et en Syrie a également retenu son attention, tout comme le sort du pasteur Saeed Abedini en Iran, qui vient d'être libéré à la faveur de l’accord sur le nucléaire iranien récemment conclu.

Les signataires de la résolution qui sera votée cette semaine se réclament des « orientations de l’Union relatives à la promotion et à la protection de la liberté de religion ou de conviction et [des] lignes directrices de l’Union concernant la promotion du droit humanitaire international », ainsi que de « la déclaration des Nations Unies de 1981 sur l’élimination de toutes les formes d'intolérance et de discrimination fondées sur la religion ou la conviction ».

Dans leurs considérants, les députés font état d’une « idéologie extrémiste violente » qui porte atteinte aux droits de l’homme et viole le droit international humanitaire. L’action « d’éradication du patrimoine culturel et [les] activités de trafic de biens culturels » par le groupe Etat islamique sont dénoncées en des termes vigoureux : il s’agit là d’« une menace mondiale d’une gravité sans précédent contre la paix et la sécurité internationales ». Les drames humains sont relevés par les parlementaires de Strasbourg : assassinats ciblés, conversions forcées à l’islam, enlèvements, traite des femmes, esclavage des femmes et des enfants, recrutement d’enfants pour des attentats-suicides, violences sexuelles, tortures.

Par cette résolution, le Parlement européen condamne « vigoureusement le groupe Etat islamique et ses violations caractérisées des droits de l’homme ». Il exprime sa vive préoccupation face à ce qu’il considère comme un génocide. Il demande le respect « par tous du droit inaliénable » pour toute minorité de « vivre sur ses terres d'origine traditionnelles et historiques dans la dignité, sur un pied d'égalité et en sécurité, et de pratiquer librement sa religion, sans aucune contrainte, violence ou discrimination ». Le Parlement européen lance un appel en faveur de ces populations meurtries à la communauté internationale, aux institutions européennes, aux Etats membres de l’Union. Il exprime son souci que toutes les parties syriennes, exception faite des groupes liés au terrorisme, négocient à Genève une transition sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies.

On ne pourra que se réjouir du vote de cette résolution par les députés européens ce jeudi 4 février 2016, à partir de midi. Le Parlement de Strasbourg en sortira grandi et il gagnera certainement en crédibilité.

17/01/2016

Saeed Abedini est libre !

De l’Orient brisé et ensanglanté, une bonne nouvelle nous est parvenue samedi soir 16 janvier : le pasteur Saeed Abedini est libre, après plus de trois ans d’emprisonnement en Iran ! Avec une persévérance à toute épreuve, son épouse Naghmeh n’a cessé de défendre la cause de son mari, condamné à huit ans d’emprisonnement pour « atteinte à la sécurité de l’Etat ». Plus de 1 million de personnes avaient rejoint la campagne « Save Saeed » et sa libération était demandée par la Maison-Blanche, le Département d’Etat, les Nations Unies, notamment. Billy Graham avait fait entendre sa voix pour réclamer la liberté pour cet Iranien converti au christianisme et devenu pasteur.

 Si la libération de ce père de deux enfants « est une réponse aux prières », comme le dira Naghmeh, l’épouse reconnaissante, elle n’en demeure pas moins le fruit d’intenses négociations entre les Etats-Unis et l’Iran autour de la question du nucléaire iranien, négociations qui ont conduit à un échange de prisonniers entre Américains et Iraniens.

 On salue la libération de Saeed Abedini, mais le nombre de chrétiens enfermés à cause de leur foi dans les geôles iraniennes est estimé à une centaine. Ne les oublions pas et ne perdons pas de vue que leur situation est plus cachée, parce que moins médiatisée.

 Ces derniers mois, deux notes titrées « Liberté de conscience, partout et pour tous ! » ont été postées sur ce blog pour attirer l’attention sur la situation du pasteur Saeed Abedini. Il vaut la peine de les relire pour mesurer le chemin parcouru. Les actions pour la liberté des chrétiens d’Orient (et d’ailleurs encore) ne sont pas vaines ! On veut le croire.

 http://citoyengenet.blog.tdg.ch/archive/2013/02/21/libert...

 http://citoyengenet.blog.tdg.ch/archive/2013/09/29/libert...

06/02/2015

A Kenji Goto, journaliste

Deux otages japonais viennent d’être décapités par l’Etat islamique, Haruna Yukawa, homme d’affaires de 42 ans, et, quelques jours plus tard, Kenji Goto, 47 ans, journaliste indépendant. L’horreur est sans fin. Les deux hommes s’étaient rencontrés en Syrie. Devenus amis, ils rentrent au Japon. Mais Haruna Yukawa n’a peur de rien et il retourne une seconde fois en Syrie, où il est pris en otage. Kenji n’hésite pas une seconde. Sa femme vient de donner naissance à leur deuxième enfant, mais il cherche aussitôt à rejoindre son ami pour lui porter secours. Il ne peut pas l’abandonner. On connaît la suite. Après les angoisses d’un chantage propre aux zones de turbulences de cette région, ils seront sauvagement exécutés.

« Mon seul espoir est que nous puissions poursuivre la mission de Kenji pour sauver les enfants de la guerre et de la pauvreté. » Ces mots de sa mère quand elle apprend la nouvelle de la mort de son fils disent tout. Kenji Goto était un homme à part, habité par une exigence de justice. Journaliste free lance, comme disent les Anglo-Saxons, il fonde Independent Press en 1996. Il connaissait bien les zones de guerre, Irak, Syrie, Somalie. Alors que les grands médias de son pays hésitent à envoyer des correspondants en Syrie et en Irak, Independent Press présente des reportages sur la détresse des populations dans ces zones de combats. Sa femme, qui militait activement pour sa libération, a qualifié Kenji Goto d’« honnête homme qui est juste allé en Syrie pour témoigner du sort de ceux qui souffrent. […] Sa passion était de mettre en lumière les effets de la guerre sur les gens ordinaires, en particulier les enfants. » Quelle simplicité, quelle beauté, quelle humilité !

Kenji Goto, journaliste indépendant dans tous les sens du terme, sinon atypique… En 1997, il se convertit au christianisme et adhère au protestantisme, dans un pays, le Japon, où cette confession représente une infime minorité de la population : 0,48%, 600 000 membres ! Cette conversion ne restera pas sans conséquences. Son sens de la justice, de la justice sociale, est stimulé et son travail de journaliste ne cessera de mettre en lumière la condition des pauvres et des enfants en particulier. Quand il était au Japon, il visitait les écoles pour partager avec les élèves le fardeau qui pesait sur son cœur : la détresse des petits dans les pays ravagés par la guerre.

A Kenji Goto, journaliste indépendant, mari et père de famille, homme courageux mais victime de l’abominable, lui le pacifiste chrétien habité par l’amour des plus petits, peut s’appliquer la phrase du Christ dans la parabole évangélique : « […] chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ! »