11 9 1950 citoyen jmg

30/05/2017

Happy Birthday, Mister President!

John Fitzgerald Kennedy aurait eu 100 ans ce dimanche 29 mai. L’histoire a retenu du trente-cinquième président des Etats-Unis la classe et l’élégance, l’intelligence et le discours novateur, le sens de l’à-propos et l’humour jovial. On se souvient de son voyage à Paris, au tout début de son mandat, au printemps 1961 : « Je suis l’homme qui accompagne Jackie Kennedy à Paris. »

Kennedy, c’était le passage du témoin à une nouvelle génération d’hommes jeunes reconnus talentueux, soulevant une vague d’espoir, même si la présidence fut courte : mille jours. Les 1000 jours de Kennedy, c’est l’ouvrage passionnant de l’historien Arthur Schlesinger, assistant spécial du président et rédacteur de nombre de ses discours, à qui on prête la fameuse phrase du discours inaugural du 20 janvier 1961 : « […] ne demandez pas ce que votre paJFK RAYBAN.jpgys peut faire pour vous, mais demandez-vous plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays. »

Déroulant son programme d’action devant le Capitole après sa prestation de serment, Kennedy déclare : « Tout cela ne se fera pas en cent jours. Pas même dans les mille premiers jours, ni pendant la durée de ce gouvernement, ni, peut-être, au cours de notre existence sur cette planète. Mais il est temps de commencer. » Avec le passage du témoin, la course s’engage. Elle exigera courage et volonté. Il y aura la crise de Berlin, les missiles soviétiques à Cuba et le défi lancé à Khrouchtchev, qui recule. En matière de politique intérieure, on notera les avancées dans la lutte contre la ségrégation raciale, un vaste programme de construction de logements sociaux, l’augmentation du salaire minimum, le bras de fer avec les industriels de la sidérurgie, qui veulent augmenter leurs prix et céderont sous la forte pression du président. La Maison-Blanche connaîtra ses échecs, notamment dans le domaine de l’assistance médicale gratuite pour les personnes âgées et avec la nouvelle loi sur les droits civiques, qui passera la rampe sous l’impulsion de son successeur, Lyndon Johnson.

Pas en cent jours. Pas même dans les mille premiers jours. Prudence ? Conscience des défis ? Prémonition peut-être ? Mille jours après ce discours inaugural, le jeune président qui avait soulevé tant d’enthousiasme et d’espoir meurt. Sur cette terre, l’homme n’est pas maître du temps. Né un jour de mai riche de promesses, John Kennedy tombe frappé par les balles un sinistre 22 novembre. Ce jour-là, le soleil de Dallas était radieux et le président avait demandé que l’on ôte le toit de la limousine, pour mieux voir ses compatriotes. On garde l’image du drame.

06/03/2016

Décès de Nancy Reagan

Respect pour la mémoire de Nancy Reagan, veuve du président Ronald Reagan, décédée à l'âge de 94 ans. Une First Lady de grande classe, élégante et très proche de son mari gouverneur de Californie puis président des Etats-Unis de 1981-1989.

20/01/2014

20 janvier 2017

Dans trois ans exactement, à l’heure où j’écris ces lignes, les Etats-Unis auront un nouveau président. Barak Hussein Obama aura remis les clefs de la Maison-Blanche à son successeur, qui rejoindra le Capitole pour prêter serment, à midi heure locale, devant les corps constitués et une foule venue de tout le pays. Ce 20 janvier 2017 marquera l’inauguration du mandat du président que les Américains auront élu en novembre de l’année précédente.

Personne n’a oublié l’épidémie d’« obamania » qui avait frappé le monde, et la presse singulièrement, quand les démocrates ont choisi le jeune sénateur de l’Illinois comme candidat à la présidence en 2008. Tous les superlatifs y sont passés. Il est vrai qu’une campagne électorale se joue à coups de millions de dollars pour « vendre un président » dans le grand jeu de la surenchère d’une élection américaine au suffrage universel.

Obama arrivait après les années difficiles inaugurées par les attentats du 11 septembre 2001 et après une crise financière et bancaire désastreuse. Il promettait une réforme de l’assurance maladie, laquelle ne fait pas l’unanimité aujourd’hui. Sur le plan diplomatique, force est de constater la minceur du bilan, et il reste encore à démontrer pour quelles raisons le prix Nobel de la paix lui a été attribué, quelques mois seulement après son installation à la Maison-Blanche. D’autres présidents ont reçu cette distinction, mais après services rendus : Théodore Roosevelt en 1906, Woodrow Wilson, le père de la Société des Nations, en 1919 ; Jimmy Carter sera récompensé en 2002 ‒ vingt-deux ans après avoir quitté le pouvoir ! ‒ pour son action incessante en faveur des droits de l’homme, du développement économique et social dans le monde et, il est permis de le penser, pour le premier traité de paix entre Israël et un pays arabe, les accords de Camp David, signés en 1978 par le premier ministre israélien Menahem Begin et le président égyptien Anouar el-Sadate.

Alors, dans trois ans, quel nouveau président prêtera serment sur la Bible ? Un démocrate ? Un républicain ? Un homme ? Une femme ? Un Latino-américain ? Ce n’est pas encore l’heure des paris. Des revenants des précédentes campagnes en rêvent, mais l’Amérique a changé. La politique nord-américaine, et plus qu’ailleurs sans aucun doute, réserve souvent des surprises qui bouleversent l’échiquier. Jimmy Carter, quatre ans gouverneur d’un Etat du Sud, était Jimmy Who ? au tout début de l’année 1976, avant d’être élu de justesse au mois de novembre…

Cet automne auront lieu les élections de mi-mandat, qui « lanceront » les deux dernières années de la présidence Obama. La période dite du « canard boiteux » (lame duck). Par ce qualificatif peu élégant, les Américains désignent un président en fin de mandat parce qu’il ne peut pas se représenter. Ces élections sont généralement difficiles pour le parti au pouvoir. En 1978, une forte poussée des républicains au Congrès de Washington annonçait le raz de marée en faveur de Ronald Reagan deux ans plus tard.

Il faudra reparler de ces élections de 2016. Elles promettent une course haletante et une empoignade peut-être sans précédent dans chacun des deux grands partis au cours de ces fameuses élections primaires américaines, que nos voisins français tentent avec mille difficultés de mettre sur pied chez eux, mais non sans trébucher… Copier les méthodes d’ailleurs n’est sans doute pas la meilleure recette pour gagner.

 

Le film de la campagne d’Amérique commence. A suivre.