11 9 1950 citoyen jmg

01/12/2015

Grève et manifestations à Genève

decaiilet greve.JPGCurieux par nature, je regarde à l’instant, une fois n’est pas coutume, le « Genève à chaud (show ?) » de TV Léman bleu consacré à la manifestation des fonctionnaires en grève de l’Etat de Genève. Remontent à ma jeune mémoire des images de 1968 et d’autres manifestations de nuits parisiennes agitées. La face rougeaude de Pascal Décaillet, en maître de show dans le soir du décembre genevois, fait surgir, en plus agité, Georges Séguy, le leader cégétiste. En arrière-fond, les visages réjouis et approbateurs devant le spectacle du journaliste, qui appelle à son micro des gens qui n’ont rien à voir avec les employés de l’Etat.

Toutefois, en ce mardi (et demain, et...?) des parents qui travaillent ont de gros problèmes d’organisation familiale avec des enseignants qui ne répondent pas à leur vocation.

Combien de temps encore ?

29/05/2013

Et que font les correspondants à Roland-Garros ?

Pour une fois, pardonnez-moi, un billet d’humeur d’auditeurs du journal de 12h30 de la Radio romande. Ce mercredi après-midi, Roger Federer entre en scène à Roland-Garros. Savourant un délicieux steak accompagné d’un bon verre de vaudois, nous écoutons les nouvelles. A la voix du correspondant à Paris, nous posons la fourchette et nous donnons un peu de répit à nos mâchoires. Il parle du match en cours de deux joueuses sans doute talentueuses. Rien de plus normal. Et Roger ? De Roger, point. A grandes enjambées, on part à Montpellier, pour un « mariage » spécial. Autre gymnastique.

 

Alors, pourquoi un envoyé dit « spécial » de la radio romande à Paris ? Les Helvètes n’ont-ils pas le droit de se faire plaisir et de suivre leur champion ? Le jour où le Conseil fédéral nous concocte la « redevance radio-télé pour tous », l’attitude de la radio dite nationale passe mal.

 

Il fallait le dire. Bref, passons au café ! Avant de suivre le match de Roger dès 14h30, nous annonce la télévision romande.

06/05/2013

Du tennis!

Désespérant. Depuis quelques semaines, nous avons cherché à suivre Roger Federer et Stanislas Wawrinka au fil du déroulement du tournoi de tennis ATP, notamment à Indian Wells (Etats-Unis) et Estoril (Portugal). En outre, le tournoi de Madrid, qui débute ce lundi, n’apparaît pas dans les programmes de télévision de la semaine.

Quel sport, télécommande en main, pour chercher ce dimanche un live, comme aiment dire les gens de télévision, de la belle finale gagnée ce dimanche par Wawrinka à Estoril ! Au fil des chaînes, nous avions du football, du hockey, du rugby, du cyclisme et, en guise de finale sur herbe, un combat de reines, avec le couronnement de « Cobra », 700 kilos tout de même ! Ma femme aurait préféré Stan.

Si la vocation des télévisions locales est bien de refléter les manifestations du cru, que dire de la télévision suisse, chaîne nationale s’il en est, qui « oublie » un champion qui défend avec style et acharnement les couleurs du tennis helvétique ? Le service dit public de chez nous (donc la Radio Télévision Suisse) veut-il jeter les amateurs de tennis dans les bras des réseaux payants de l’internet ? C’est à croire. Mais que dire alors du paiement de la redevance, à laquelle nous sommes tous astreints ?

Qui paie… a droit à quelques explications de la part des programmateurs des télévisions. Merci.