11 9 1950 citoyen jmg

06/02/2015

A Kenji Goto, journaliste

Deux otages japonais viennent d’être décapités par l’Etat islamique, Haruna Yukawa, homme d’affaires de 42 ans, et, quelques jours plus tard, Kenji Goto, 47 ans, journaliste indépendant. L’horreur est sans fin. Les deux hommes s’étaient rencontrés en Syrie. Devenus amis, ils rentrent au Japon. Mais Haruna Yukawa n’a peur de rien et il retourne une seconde fois en Syrie, où il est pris en otage. Kenji n’hésite pas une seconde. Sa femme vient de donner naissance à leur deuxième enfant, mais il cherche aussitôt à rejoindre son ami pour lui porter secours. Il ne peut pas l’abandonner. On connaît la suite. Après les angoisses d’un chantage propre aux zones de turbulences de cette région, ils seront sauvagement exécutés.

« Mon seul espoir est que nous puissions poursuivre la mission de Kenji pour sauver les enfants de la guerre et de la pauvreté. » Ces mots de sa mère quand elle apprend la nouvelle de la mort de son fils disent tout. Kenji Goto était un homme à part, habité par une exigence de justice. Journaliste free lance, comme disent les Anglo-Saxons, il fonde Independent Press en 1996. Il connaissait bien les zones de guerre, Irak, Syrie, Somalie. Alors que les grands médias de son pays hésitent à envoyer des correspondants en Syrie et en Irak, Independent Press présente des reportages sur la détresse des populations dans ces zones de combats. Sa femme, qui militait activement pour sa libération, a qualifié Kenji Goto d’« honnête homme qui est juste allé en Syrie pour témoigner du sort de ceux qui souffrent. […] Sa passion était de mettre en lumière les effets de la guerre sur les gens ordinaires, en particulier les enfants. » Quelle simplicité, quelle beauté, quelle humilité !

Kenji Goto, journaliste indépendant dans tous les sens du terme, sinon atypique… En 1997, il se convertit au christianisme et adhère au protestantisme, dans un pays, le Japon, où cette confession représente une infime minorité de la population : 0,48%, 600 000 membres ! Cette conversion ne restera pas sans conséquences. Son sens de la justice, de la justice sociale, est stimulé et son travail de journaliste ne cessera de mettre en lumière la condition des pauvres et des enfants en particulier. Quand il était au Japon, il visitait les écoles pour partager avec les élèves le fardeau qui pesait sur son cœur : la détresse des petits dans les pays ravagés par la guerre.

A Kenji Goto, journaliste indépendant, mari et père de famille, homme courageux mais victime de l’abominable, lui le pacifiste chrétien habité par l’amour des plus petits, peut s’appliquer la phrase du Christ dans la parabole évangélique : « […] chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ! »

 

 

 

24/12/2013

Magnificat

Un joyeux Noël de paix et de lumière à toutes les lectrices et tous les lecteurs des blogs de notre quotidien genevois préféré!

Et Marie dit:

Je magnifie le Seigneur,
je suis transportée d'allégresse en Dieu, mon Sauveur,
parce qu'il a porté les regards sur l'abaissement de sa servante.
Désormais, en effet, chaque génération me dira heureuse,
parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses.
Son Nom est saint,
et sa compassion s'étend de génération en génération
sur ceux qui le craignent.

Evangile de Luc 1.46-50

Magnificat

Un joyeux Noël de paix et de lumière à toutes les lectrices et tous les lecteurs des blogs de notre quotidien genevois préféré!

Et Marie dit:

Je magnifie le Seigneur,
je suis transportée d'allégresse en Dieu, mon Sauveur,
parce qu'il a porté les regards sur l'abaissement de sa servante.
Désormais, en effet, chaque génération me dira heureuse,
parce que le Puissant a fait pour moi de grandes choses.
Son Nom est saint,
et sa compassion s'étend de génération en génération
sur ceux qui le craignent.

Evangile de Luc 1.46-50