11 9 1950 citoyen jmg

La face cachée de la Chine

Dans nos pays reconnus libres et démocratiques, difficile d’imaginer un tel déploiement de la force publique à proximité d'Eglises ou de lieux où se rencontrent les chrétiens pour célébrer leur culte : fourgons cellulaires, policiers pénétrant dans le temple, arrestation du pasteur et de fidèles, arrachage de panneaux attachés aux murs. Cela s’est passé le 9 septembre 2018 à l’Eglise pékinoise de Sion, fermée depuis lors. Chaque fin de semaine, près de 1600 fidèles s’y réunissaient.

Autre temple fermé, celui de l’Eglise Early Rain Covenant, de Chengdu (sud-ouest de la Chine). Le pasteur Wang Yi et son épouse Jiang Rong, avec une centaine de paroissiens, ont été arrêtés; trois ont subi la torture pendant leur détention. L’arrestation de Wang a été confirmée par un paroissien lors d’un contact téléphonique avec la chaîne de télévision CNN. Des membres de cette Eglise sont fréquemment harcelés par les autorités.

 « Tous ceux qui soutiennent la liberté religieuse devraient se tenir aux côtés de Wang Yi et dénoncer la répression de la religion par le gouvernement chinois », déclare Yaqiu Wang, chercheur sur la Chine à l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch. « Sous le président Xi Jinping, le gouvernement a encore renforcé son contrôle sur le christianisme dans le cadre de ses vastes efforts visant à adapter la religion aux caractéristiques chinoises. » Pourtant, le régime dit respecter les croyances religieuses.

Le pasteur Wang Yi n’est pas un inconnu. Eminent intellectuel et juriste chinois, il fonde l’Eglise Early Rain Covenant en 2005, une communauté forte de 500 membres. En 2006, il rencontre le président George W. Bush à la Maison-Blanche. Au mois d’août 2018, il lance une pétition qui sera signée par plusieurs centaines de pasteurs, laquelle dénonce une répression accrue depuis février contre les Eglises non reconnues par l’Etat, avec la destruction de lieux de cultes dans plusieurs provinces. Le pasteur Wang Yi vient de publier un manifeste dans lequel il voit le régime communiste instituer un culte de César incompatible avec la foi chrétienne.

Dans nos pays occidentaux jusqu’à ce jour respectueux de la pratique religieuse, comment imaginer soixante officiers de police investir un lieu de culte ? C’est pourtant ce qui s’est passé à l’Eglise Rongguili, de Guangzhou, alors que des enfants suivaient une leçon biblique. Les investigations ont duré toute la journée, avec le relevé de l’identité des membres, enfants compris… et la confiscation des biens de la communauté, dont 4000 livres.

Combien de protestants en Chine ? Vingt millions en tous les cas, même si certaines estimations donnent 70 millions. Incontestablement, le protestantisme connaît une progression impressionnante dans ce pays. Les catholiques, au nombre de 12 millions de fidèles, se répartissent entre l’Eglise reconnue par l’Etat et l’« Eglise du silence ». Quels que soient les chiffres, tous ces croyants ont besoin de notre soutien et de nos prières.

C’est la face cachée de la Chine. Elle échappe à l’attention des observateurs, des politiques et des hommes d’affaires soucieux d’échanges commerciaux, industriels et technologiques avec ce géant qui aspire à la première place sur le podium économique mondial. Assurément, ces échanges ne doivent pas être négligés – ils peuvent être gages d’ouverture, d’autres exemples historiques l’ont montré avec l’ex-Union soviétique, les pays de l’Est, sans doute Cuba –, mais pas au prix de la liberté de conscience des chrétiens chinois courageux mais oppressés, sinon persécutés et torturés pour un certain nombre d’entre eux. Pour reprendre les termes d’Alexandre Vinet, « le christianisme est dans le monde l’immortelle semence de la liberté ». Nos libertés sont le fruit de cette semence, en particulier dans nos pays de la Réformation, même si on veut réduire aujourd’hui le christianisme à la sphère privée des individus, neutralisant de la sorte son influence sur la société… En Chine et dans d’autres pays d’Asie, les croyants s’affichent, à leurs risques et périls, et le christianisme réformé connaît une croissance à faire pâlir d’envie leurs frères occidentaux !

Sources : ONG Human Rights Watch, Evangéliques.info (Regards protestants).

 

 

Commentaires

  • Nos trois religions monothéistes n'ont apporté que régression obscurantisme, guerre et souffrance. (et ça continue). La moitié de la population (les femmes) a subi les pires outrages. Ces trois religions veulent imposer une philosophie de société, de prosélytisme et de conquête d'un autre temps.

    Les religions chinoises et asiatiques proposent une philosophie de vie. Les chinois et asiatiques ont compris le mal destructeur qui est véhiculé par les religions occidentales. Ils veulent préserver leur société de ce fléau et des monstruosités dogmatiques de nos religions. CQFD.

  • "Tout ce qui est excessif est insignifiant." (Talleyrand)

  • "Tout ce qui est excessif est insignifiant." (Talleyrand)

  • "Tout ce qui est excessif est insignifiant." (Talleyrand)

  • "Tout ce qui est excessif est insignifiant." (Talleyrand)

Les commentaires sont fermés.