11 9 1950 citoyen jmg

17/01/2016

Saeed Abedini est libre !

De l’Orient brisé et ensanglanté, une bonne nouvelle nous est parvenue samedi soir 16 janvier : le pasteur Saeed Abedini est libre, après plus de trois ans d’emprisonnement en Iran ! Avec une persévérance à toute épreuve, son épouse Naghmeh n’a cessé de défendre la cause de son mari, condamné à huit ans d’emprisonnement pour « atteinte à la sécurité de l’Etat ». Plus de 1 million de personnes avaient rejoint la campagne « Save Saeed » et sa libération était demandée par la Maison-Blanche, le Département d’Etat, les Nations Unies, notamment. Billy Graham avait fait entendre sa voix pour réclamer la liberté pour cet Iranien converti au christianisme et devenu pasteur.

 Si la libération de ce père de deux enfants « est une réponse aux prières », comme le dira Naghmeh, l’épouse reconnaissante, elle n’en demeure pas moins le fruit d’intenses négociations entre les Etats-Unis et l’Iran autour de la question du nucléaire iranien, négociations qui ont conduit à un échange de prisonniers entre Américains et Iraniens.

 On salue la libération de Saeed Abedini, mais le nombre de chrétiens enfermés à cause de leur foi dans les geôles iraniennes est estimé à une centaine. Ne les oublions pas et ne perdons pas de vue que leur situation est plus cachée, parce que moins médiatisée.

 Ces derniers mois, deux notes titrées « Liberté de conscience, partout et pour tous ! » ont été postées sur ce blog pour attirer l’attention sur la situation du pasteur Saeed Abedini. Il vaut la peine de les relire pour mesurer le chemin parcouru. Les actions pour la liberté des chrétiens d’Orient (et d’ailleurs encore) ne sont pas vaines ! On veut le croire.

 http://citoyengenet.blog.tdg.ch/archive/2013/02/21/libert...

 http://citoyengenet.blog.tdg.ch/archive/2013/09/29/libert...

12/01/2016

Vers la lumière ou l’étoile noire ?

On connaît l’engagement chrétien du chanteur Michel Delpech, décédé en ce tout début d’année à l’âge de 69 ans. Il ne s’en cachait pas, sans « en faire trop toutefois ». Des circonstances personnelles et familiales l’avaient plongé dans une profonde dépression, mais l’artiste connaît une véritable résurrection en 1986, quand, en voyage à Jérusalem, il tombe en sanglots devant le tombeau vide du Christ. C’est le flash. Il en ressort en homme nouveau. La dépression est derrière lui ! Il ne cessera depuis lors de témoigner de cette conversion qui bouleversa sa vie et de son attachement au Christ, dans deux de ses livres notamment : L'homme qui avait bâti sa maison sur le sable et J'ai osé Dieu.

Delpech, gravement atteint dans sa santé, ne perd pas pied. Il sait pourtant que la maladie est cruelle et qu’elle aura le dernier mot. A l’automne 2014, il chante : « Voici la fin de mon chemin sur terre. Je suis à toi, accueille-moi, mon Père. […] Je m’en vais là où brille la lumière. […] L’éternité commence. »

Décidément, l’année 2016 commence mal pour la planète des artistes. Ce lundi matin de janvier, vers 8 heures, les radios annoncent le décès de David Bowie. Il venait de livrer son « testament » avec son album « Blackstar », véritable descente dans la nuit d’un prophète illuminé dans un décor d’angoisses. J’en frémis.

L’espérance de Michel Delpech est plus lumineuse, et c’est mieux pour l’éternité !