11 9 1950 citoyen jmg

12/01/2016

Vers la lumière ou l’étoile noire ?

On connaît l’engagement chrétien du chanteur Michel Delpech, décédé en ce tout début d’année à l’âge de 69 ans. Il ne s’en cachait pas, sans « en faire trop toutefois ». Des circonstances personnelles et familiales l’avaient plongé dans une profonde dépression, mais l’artiste connaît une véritable résurrection en 1986, quand, en voyage à Jérusalem, il tombe en sanglots devant le tombeau vide du Christ. C’est le flash. Il en ressort en homme nouveau. La dépression est derrière lui ! Il ne cessera depuis lors de témoigner de cette conversion qui bouleversa sa vie et de son attachement au Christ, dans deux de ses livres notamment : L'homme qui avait bâti sa maison sur le sable et J'ai osé Dieu.

Delpech, gravement atteint dans sa santé, ne perd pas pied. Il sait pourtant que la maladie est cruelle et qu’elle aura le dernier mot. A l’automne 2014, il chante : « Voici la fin de mon chemin sur terre. Je suis à toi, accueille-moi, mon Père. […] Je m’en vais là où brille la lumière. […] L’éternité commence. »

Décidément, l’année 2016 commence mal pour la planète des artistes. Ce lundi matin de janvier, vers 8 heures, les radios annoncent le décès de David Bowie. Il venait de livrer son « testament » avec son album « Blackstar », véritable descente dans la nuit d’un prophète illuminé dans un décor d’angoisses. J’en frémis.

L’espérance de Michel Delpech est plus lumineuse, et c’est mieux pour l’éternité !


Les commentaires sont fermés.