11 9 1950 citoyen jmg

15/12/2013

Les talents de Luc Ferry

Le cardinal et le philosophe, croire ou ne pas croire, croire et comprendre pour le premier, une question pour l’autre : que reste-t-il du message évangélique pour celui qui n’a pas (ou plus, ou jamais eu) la foi ?

 

LE-CARDINAL-ET-LE-PHILOSOPHE.gifEn ce dimanche de l’Avent, notre radio romande nous offrait, à l’heure du déjeuner, une savoureuse entrevue de Luc Ferry, philosophe et accessoirement ancien ministre français de l’Education nationale (j’allais dire de l’Instruction publique, par référence à Jules, son lointain parent). Le thème : le message évangélique et ce qu’il en reste pour l’incroyant. L’objet : un livre, Le cardinal et le philosophe[1], coécrit avec Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical de la culture. Ecrivain prolifique et tout public (ce qui n’est pas rien en la matière, mais tout être humain n’est-il pas un peu philosophe ?), le ministre philosophe navigue avec subtilité sur le message de l’amour du Christ, le mal, la foi et la raison, le sens de la mort… De quoi nous mettre l’eau à la bouche et nous inviter à courir acheter son livre dès lundi.

Athée, Luc Ferry ? Les mots sont brillants, comme les pages qu’il écrit. On l’écouterait longtemps, mais le croyant reste un peu déçu. Sans conteste, Ferry est ébloui par le message de l’Evangile (Bonne Nouvelle, il l’a dit, je vous le garantis), mais de Fiat lux, pas encore. Il nous rassure quelque peu. Non, il n’est pas athée… mais agnostique. D’autres avant lui ont glosé avec talent sur la nuance (subtile ?).

Ferry aime en particulier l’Evangile de Jean (celui qui commence par le Logos, le Verbe, la Parole, dont la raison), le seul livre qu’il emporterait sur une île déserte.  Tout est dans cet évangile, clame le professeur, même la parabole des talents… Vraiment ? Ma main a failli lâcher la fourchette piquée dans l’excellente viande préparée par mon épouse. Pour une raison simple : pas de parabole des talents dans le texte de saint Jean, mais dans Matthieu et à quelques nuances près dans Luc. Le ministre aimait les citations latines quand il parlait au Palais-Bourbon, alors Errare humanum est

 



[1] Luc Ferry et Gianfranco Ravasi, Le cardinal et le philosophe, Editions Plon.

Les commentaires sont fermés.