11 9 1950 citoyen jmg

29/09/2013

Liberté de conscience, partout et pour tous! (2)

Naghmeh-Saeed-Abedini.jpgLes deux pays ne se parlaient plus depuis plus de trente ans. Le dernier contact remontait au début de l’année 1979. Mohammad Reza Pahlavi s’apprêtait à quitter son trône et son pays quand il reçut un appel du président Jimmy Carter. Depuis, silence radio entre les deux nations, silence troublé par les bruits d’une révolution dramatique et les menaces des disciples des ayatollahs sur les voisins proches et lointains.

L’autre jour pourtant, ce vendredi 27 septembre 2013, Barak Obama décroche son combiné et appelle Hassan Rouhani, le nouveau président iranien, en route pour l’aéroport John Fitzgerald Kennedy (dit JFK), au terme d’une visite de quatre jours aux Nations Unies. Par politesse, Obama déplore les embouteillages des autoroutes new-yorkaises, manière de briser la glace. Bien lui en a pris, le contact est renoué avec l’héritier de l’Empire perse. Outre les convenances d’usage, comme chez tous les grands et les petits de ce monde, l'entretien tourne essentiellement autour du problème nucléaire.

Mais la conversation a ses détours… le cœur des rois est habile ! De son bureau de la Maison-Blanche, Barak Obama plaide pour la libération de Saeed Abedini, marié et père de deux enfants, pasteur iranien emprisonné depuis une année dans les geôles du régime de Téhéran. Au retour d’un voyage aux Etats-Unis, il fut arrêté et interrogé au sujet de sa conversion au christianisme. On connaît le résultat : prison et torture. La cause de deux autres citoyens américains emprisonnés en Iran a aussi été évoquée. Les déclarations officielles n’ont pas précisé comment la demande du président des Etats-Unis a été reçue par le voyageur oriental en limousine, ni quelle fut sa réponse.

Le 21 février 2013, une note a été publiée sur ce blog au sujet du pasteur Saeed Abedini :

http://citoyengenet.blog.tdg.ch/archive/2013/02/21/liberte-conscience-partout-et-pour-tous.html.

Aux Etats-Unis, des parlementaires ont défendu le prisonnier au plus haut niveau et le secrétaire d’Etat John Kerry l’a soutenu. Sa femme Naghmeh a exprimé sa reconnaissance au président Obama : « Cette évolution est vraiment une réponse à la prière. »

 

Les deux chefs d’Etat devaient se voir à New York, la rencontre n’a pas eu lieu. Mais, dans un embouteillage à proximité de l’aéroport JFK et à la faveur d’un coup de téléphone (cellulaire ?), un grand pas a peut-être été franchi dans la crise avec l’Iran et pour la libération d’un père de famille chrétien.

26/09/2013

Protestants, en fête!

La Ville Lumière sera protestante le temps d’un week-end. Après Strasbourg en 2009, Paris connaîtra ces trois prochains jours un événement aux dimensions spectaculaires : « Protestants en fête ». Que la capitale de France soit le lieu d’une telle manifestation ouverte, culturelle, religieuse, intergénérationnelle est à saluer !

 

Quinze mille participants au moins sont attendus de toute la France protestante, mais aussi de Suisse et de Belgique, d’Afrique et d’Haïti. Ce n’est pas rien. Tous ces gens se retrouveront autour d’animations diverses, conférences, dédicaces, expositions, présence de médias protestants sur différents sites de la capitale et dans des temples et églises. Musique aussi. C’est dire que si les protestants se retrouveront dans des lieux de réflexion, ils feront aussi la fête !

L’historien Sébastien Fath, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), lui-même d’origine baptiste, donnera une conférence dans une paroisse protestante de Paris sur le thème du « Renouvellement démographique par l’immigration : enjeux et perceptions de la diversité dans une Eglise protestante parisienne ». Dans une interview donnée à l’hebdomadaire Réforme, Fath relève qu’en France « le protestantisme a gagné un point dans sa part de la population, passant de 1,8 à 2,8%. On le voit surtout au niveau du protestantisme parisien. » A cet égard, le chercheur du CNRS met en avant l’impact de l’immigration subsaharienne, qui voit un certain nombre de ses représentants rejoindre des Eglises protestantes et évangéliques.

Le point culminant de « Protestants en fête » sera pour dimanche 29 septembre 2013, au Palais omnisports Bercy. Et là, la chaîne télévisée France 2, si pingre dans la répartition de ses programmes en faveur des parpaillots, fera un effort considérable. Au lieu de la demi-heure dominicale traditionnelle de 10 heures, elle bousculera son horaire et retransmettra le culte de 11 heures à midi, grâce au direct de l’eurovision. C’est dire que cette heure de célébration, avec 1000 choristes et 60 musiciens, pourra être vue dans toute la francophonie !

 

« Paris vaut bien une messe », a dit un peu légèrement Henri IV pour monter sur le trône de France… L’histoire avance, les peuples évoluent. Avec « Protestants en fête »,  que souhaiter de mieux qu’un beau dimanche pour Paris ?

12/09/2013

Hymne américain à la Jimi Hendrix ?

Sympathique, le chef de la diplomatie des Etats-Unis, en visite dès aujourd’hui à Genève, où il aura des discussions serrées avec son homologue russe sur la crise syrienne… Non seulement il se promène au bord du lac (le lieu est propice pour déstresser), mais il s’installe pour déjeuner dans un restaurant (c'est bon pour le moral). Plus encore, la presse nous apprend qu’il est venu dans notre ville avec sa guitare. On a entendu John Kerry s’exprimer parfaitement en français, ce qui l’honore et gratifie son pays d’un petit plus, mais on ne connaissait pas, sur les bords du Léman, ses dons de musicien.

La musique adoucit les mœurs, dit l’adage. On se souvient d’un roi d’Israël tourmenté dont la mauvaise humeur se dissipait quand un jeune berger venait jouer de la cithare devant lui. On souhaite bien entendu que la guitare, instrument de prédilection des pacifistes américains (voyez Bob Dylan !) calmera les ardeurs guerrières et apaisera les esprits lors des négociations. Il est permis de craindre ‒ hélas ! ‒ que le secrétaire d’Etat gratte sur sa guitare un hymne américain dissonant, à la Jimi Hendrix. Mais restons confiants !