11 9 1950 citoyen jmg

12/03/2013

Un pape venu de Hongrie ?

Le conclave appelé à élire le nouveau souverain pontife se réunit dès ce mardi 12 mars 2013. Si tous les chrétiens ne suivront pas l’événement avec le même emballement ni ne lui accorderont la même importance, ils ne resteront toutefois pas indifférents, puisqu’il s’agit aussi de l’élection du chef d’un micro-Etat dont l’influence n’est pas anodine sur les affaires du monde.

 

Les secrets du conclave sont impénétrables et nul ne se hasardera au moindre pari. Depuis l’annonce du retrait de Benoît XVI, les spécialistes parlent et écrivent, et les portraits des papables font la une des journaux et alimentent la toile. Mais, ici, point de pronostic.

J’ai retenu un nom, par sympathie peut-être, par intérêt pour ce qui se passe à l’esterdo peter 2.jpg du continent européen assurément. Erdö Péter, archevêque d’Esztergom-Budapest, en Hongrie. Il est jeune, 60 ans. Sa vie est à l’image de ces personnalités dont le caractère a été forgé par l’oppression du socialisme à la sauce soviétique. J’ai à l’esprit quelques noms. Ils ne relèvent pas tous du clergé : Soljenitsyne, Sakharov et la courageuse Elena Bonner, Karol Wojtyla, Lech Walesa, et tant d’anonymes. Plus près de nous, le président de la République fédérale d’Allemagne, le pasteur Joachim Gauck ; son rêve d’être journaliste fut contrarié par le régime de Pankow.

Ambition brisée encore pour un autre citoyen de l’Est. Le père du cardinal Erdö, avocat, fut empêché d’exercer sa profession. Crime rédhibitoire, sa famille était croyante, et pratiquante. Son fils Péter, qui siège dès aujourd’hui à la chapelle Sixtine, a rendu ce bel hommage : « Mes parents avaient le choix entre la foi et la promotion sociale, ils ont choisi la foi. » La foi qui soulève les montagnes et fait tomber les murs.

Les commentaires sont fermés.